Stromaé l’atypique

Crédit photo: leparisien.fr

Jacques Brel disait : « De tous les peuples de la Gaule, ce sont les Belges qui portent le mieux les valises. » Son compatriote Stromaé confirme cet adage et posera les siennes dans notre capitale dès le 9 décembre prochain pour un concert (déjà complet) au Trianon. Vous l’aurez compris, Stromaé, Paul Van Haver de son vrai nom, est un ambassadeur bien plus glamour que les frites et la bière pour la Belgique et n’en finit plus de faire parler de lui, souvent en bien. Encensé par la critique, plébiscité par le public, son dernier album √ (prononcez «racine carrée») s’est déjà écoulé à plus de 300 000 exemplaires : un exploit !

Ce que l’on peut dire, c’est que Stromaé connaît les ficelles des coups marketing et n’a pas hésité à en user en créant un buzz phénoménal autour d’une prétendue vidéo de lui, ivre dans les rues de Bruxelles (plus de 31 millions de vues sur Youtube !). Filmé en caméra cachée, il s’agissait en réalité du tournage de son clip « Formidable » où il campe un homme perdu, désespéré et seul, criant sa détresse à des passants sidérés. Des paroles tranchantes, un phrasé particulier et un rythme tantôt entraînant, tantôt plus calme pour laisser place au texte, voilà la recette de son succès. Celui que l’on avait connu en 2010 avec « alors on danse » séduit par son nouveau style : moins électro, plus hétéroclite, plus réfléchi. Certains poussent l’éloge jusqu’à comparer ce petit jeune de 28 ans à un monument de la chanson française : Brel. Si la comparaison le flatte, il la juge exagérée. Pourtant, Stromaé s’attelle à des sujets de fond, qui ne sont pas sans rappeler ceux du chanteur. Faire danser sur les cicatrices et les illusions perdues : c’est là tout le talent de Stromaé. Le ton est grinçant, les morceaux parfois expérimentaux, en témoigne Quand c’est, sur le thème du cancer qu’il chante tel un cantique house où résonnent ses inquiétudes. L’éclectisme de l’album étonne aussi, oscillant entre expression du désespoir et featuring entrainants comme AVF qu’il interprète avec les rappeurs Orelsan et Maître Gims. Un bon coup de pub pour les trois artistes, sans aucun doute destiné à passer en boucle sur les ondes dans les prochains mois.

Si l’album impressionne, c’est également la personnalité de Stromaé qui lui confère une telle popularité : bon clients des émissions de promo, discours bien rôdé, style vestimentaire qui détonne… On le remarque… Toujours en bien ! Son physique atypique, Stromaé a su en tirer avantage, notamment dans ses clips ou sur scène où il démontre encore son talent et ne déçoit pas. Le 28 septembre dernier, sur la scène du Stade de France et entouré d’une dizaine d’artistes de la scène rap française, il est apparu chemise boutonnée jusqu’au col et mocassins aux pieds, ce qui ne l’a pourtant pas empêché d’emporter les 50 000 personnes présentes, de la mère de famille au jeune encapuché, toutes séduites par la prestance du chanteur qui n’a pas hésité à donner de sa personne en dansant sur Papaoutai. De même dans ses clips, qu’il réalise lui-même. Il y partage son univers décalé, à l’esthétique rétro mais résolument dans l’air du temps.

Sympathique, drôle, atypique et talentueux, Stromaé apparaît comme l’artiste du moment. On attend son troisième album !

http://media.paperblog.fr/

Marion Russell

Publicités