La cigarette électronique, une fausse bonne idée ?

Suite à la sortie de ce nouveau produit « miracle », certains médecins, tabacologues et fumeurs ont vanté cette méthode comme un moyen d’arrêter de fumer. Néanmoins, le Parlement européen s’est prononcé mardi 8 octobre contre une proposition de la Commission européenne qui visait à donner le statut de médicament à l’e-cigarette. Afin de vous éclairer sur ce sujet nous avons élaboré des questions/réponses.

1)  Est-ce la meilleure manière pour arrêter de fumer ?

Il existe plusieurs manières d’arrêter de fumer, que chacun choisit en fonction de son statut de fumeur (gros fumeur, fumeur occasionnel…). Cependant, il est conseillé d’utiliser les produits reconnus médicalement d’après le pneumologue Bertrand Dautzenberg. Selon ce dernier, l’e-cigarette ne doit être qu’un dernier recours après les solutions médicales traditionnelles. Donc, le meilleur moyen d’arrêter ou de réduire son addiction à la nicotine est de demander l’avis d’un tabacologue afin d’obtenir la solution adéquate à son profil.

2)  Moins nocif que la cigarette ?

Créée en Chine en 2004, la cigarette électronique compterait 500 000 adeptes en France. Mais y a-t-il des risques pour la santé ? Pas de goudron, pas d’odeur de tabac et peu de nicotine, les cigarettes électroniques comportent cependant différents solvants, comme le propylène glycol,  un additif chimique longtemps utilisé dans les traitements contre l’asthme, et la glycérine utilisée dans les cosmétiques ou dans l’alimentaire. En août 2012, des médecins grecs ont cependant présenté les résultats d’une enquête qui a montré que substituer des fausses cigarettes aux vraies pourrait être bénéfique pour le cœur. « Il est probable que la cigarette électronique diminue les symptômes du sevrage, comme l’irritabilité, les troubles du sommeil, la prise de poids, l’impatience », confirme Etter, professeur de santé publique à l’université de Genève. Il est trop tôt pour se prononcer sur la nocivité du produit, à ce jour il semble être moins dangereux.

3)  Est-ce une mode ?

La cigarette est sortie en 2007 mais a réellement connu son succès en 2009-2010. Beaucoup de fumeurs y ont trouvé des aspects bénéfiques comme la possibilité de fumer en tous lieux (ce qui n’est pas le but premier) et surtout de pouvoir arrêter de fumer. Ce nouveau produit a entraîné un effet de « mode » principalement chez les jeunes qui vapotent à tout bout de champ pour avoir l’air « stylé » et l’utilisent comme un nouveau « gadget branché ».

4)  Est-ce un business éphémère ?

Ce produit arrivé sur le marché récemment a connu un succès rapide. Un véritable business s’est créé autour de ce nouveau concept avec différents magasins qui ouvrent à chaque coin de rue. Ces boutiques au design tendance vendent la cigarette électronique comme un nouvel accessoire de mode qu’on expose, ce qui n’est pourtant pas sa vocation première. Pour ce qui est de sa longévité il est trop tôt pour se prononcer.

5)  Pourquoi achète-t-on une cigarette électronique ?

A en croire les fumeurs de mon entourage (des lycéens surtout), la plupart d’entre eux l’utilisent  à des fins économiques et médicales, c’est-à-dire pour diminuer leur consommation et/ou pour minimiser les dangers du tabac. Par ailleurs, l’e-cigarette est aussi pour les jeunes un moyen de divertissement dû à la découverte d’un choix toujours plus large de goûts (saveurs fruits, et pour les plus extravagants, des saveurs « urban fusion»).

Juliette FLE et Cécile CHAURAND

Publicités