Les gens intéressants sont ceux qui en ont chié

En fait tu rentres de cours, t’entends une voix derrière toi “Bonjour mademoiselle, vous n’auriez pas une petite pièce s’il vous plaît ? 20 centimes peut-être ?” et tu te rends compte que tu l’avais vu ce grand mec, t’avais même dit bonjour mais tu l’avais pas regardé. Et tu te sens con. Oui, t’es censé l’avoir vu 30 secondes plus tôt, mais tu ne savais pas à quoi il ressemblait. Alors le lendemain tu lui files une clope et un peu de monnaie, pas grand chose… Mais tu restes là. Sans rancune il répond à tes questions et finalement tu l’aimes bien. Et t’espères qu’il t’aime bien aussi. Et puis en rentrant de cours tu laisses passer quelques bus parce que tu parles avec lui et d’autres. Ils sont parfois saoul et d’autres fois ils ne savent plus trop ce qu’ils racontent, mais ça nous fait du bien d’échanger.

En fait, je crois que les gens intéressant sont ceux qui savent ce que c’est d’en chier. En tout cas, ils m’intéressent. Portrait de Jérôme (le prénom a été modifié), SDF.

“Je suis né ici mais ma vie est à Marseille. C’est là-bas que je serais le mieux. J’ai un grand frère, une grande sœur, un petit frère et des parents. Mes parents… Ma mère a eu un cancer de l’utérus à 45 ans, elle en est morte à 47. Mon père lui, patron d’Alcatel de Charente Maritime, millionnaire, et très peu présent. Je suis un fils de riche et je m’en cache pas. En partant ma mère me laissait un petit frère de 2 ans. Personne n’en voulait, je m’en suis occupé jusqu’à ce que mon père soit à la retraite. Je hais mon père. Il m’a gâché la vie. J’ai passé mon BEPC (aujourd’hui brevet) comme tout les cons et j’ai fais un CAP de restauration. J’ai commencé à bosser et après j’ai voulu reprendre mes études. Sans le bac j’ai explosé tout le monde aux concours de la marine. L’inscription, un piston de papa, mais résultat j’ai fini 13ème sur 150… Et ça je crois pas lui devoir. Je calcule plus vite qu’une calculette ! Je prends d’ailleurs un malin plaisir à me foutre des gens qui passent et me méprisent alors que j’ai 3 fois leur niveau intellectuel. Je suis marié, 2 enfants. Une grande fille de 18 ans et l’autre de 7. Il y a 11 ans et demi j’ai fait une connerie. Non c’est personnel… Tu iras voir sur internet. Y’avait ma tête dans le journal.”

Ce à quoi je répondais “non j’irai pas, si c’est personnel je ne vais pas fouiner. Je veux simplement vous écouter, je ne suis ni voyeuse ni assistante sociale. J’en saurai pas plus si vous m’en dites pas plus…” Il me coupa, “Avec 4 copains on a fait un braquage. Un fourgon blindé. 600 millions d’euros ma grande, tu te rends compte ? Le jour où tu auras cette somme à disposition tu m’appelles !!! On fait ce qu’on a à faire et je vole une voiture. Une putain d’hydraulique qui tombe en panne, ma pire connerie. J’ai pris 8 ans de prison j’en ai fait 5. Et maintenant je suis ici. Non je suis bien ici tu sais. J’aide beaucoup de gens. ” La discussion est lancée… Interview :

Alice : Depuis combien de temps êtes-vous à la rue ?

Jérôme : “Ça fait environ 3 ans que je galère. Enfin, je dis galérer mais j’ai aussi fait des choix en toute connaissance de cause qui m’ont amenés jusqu’ici.”

Alice : Que faisiez-vous avant ?

Jérôme : “Avant j’avais une vie normal. J’étais responsable du XXL café, le resto place du marché. 300 couverts par soir à 69 euros le menu t’imagines que je vivais bien. D’ailleurs j’avais un appartement près du théâtre Montansier. J’avais payé cash : 1 million. Regarde je fais la manche en costar, c’est pas beau ça ? T’en vois beaucoup des comme moi ?”

Alice : Quel est l’élément déclencheur qui vous a mené à être sans abris ?

Jérôme : “Changement de propriétaire, changement d’équipe, changement de vie… Et puis l’appartement dont je te parlais tout à l’heure, je me suis fais viré pour insalubrité. Y’avait pas de fenêtre. Moi et les 6 autres proprio, hop ! Dans la merde.”

Alice : Quels sont les liens entre sans abris ?

Jérôme : “Moi je les aides. Je te jure t’imagines même pas le nombre d’sdf qui me doivent de l’argent.”

Alice : Avez-vous des relations amoureuses, des rapports sexuels ?

Jérôme : “Des relations amoureuses ! Mais j’ai une femme moi. C’est compliqué, elle est compliqué. Et c’est personnel ma grande !”

Alice : Gardez-vous contact avec certains membres de votre famille ? Que pensent-ils de vous ?

Jérôme : “Ma famille… En fait je me suis marié avec une femme arabe et avec une famille de facho c’est pas passé… Attend c’est ma sœur qui m’appelle. Encore pour me taper de l’argent ! …  J’ai 2 filles. Une qui a 18 ans et l’autre 7 ans. Elles habitent chez ma belle-mère. Bah celle de 18 elle s’en fout, et celle de 7 elle est jeune elle comprend rien.”

Alice : Où trouvez-vous vos habits ?

Jérôme : “Les autres ils vont à la Croix rouge, vers la place de la loi. Moi je peux pas en prendre parce que pour le moment je dors chez ma tante à Reuil. Mais j’y vais quand même pour essayer, on sait jamais se serait bien après je les redistribue. Et puis regarde, j’ai le manteau de ton frère ma grande.”

Alice : Que pensez-vous du système

Jérôme : “J’ai jamais rien demandé à personne”

Alice : Qu’est-ce que la France fait pour vous ?

Jérôme : “Ce connard d’Hollande ? Je trouve pas normal que l’opinion publique juge et se mêle de ses histoires amoureuses…”

Alice : Avez-vous des projets ? Lesquels ?

Jérôme : “Le 21 janvier je me fais opérer à cœur ouvert. Le problème c’est mes artères : 4 de bouchées. J’ai fait une crise cardiaque et une embolie pulmonaire récemment. Soit je m’en sors et je retourne d’où je viens. C’est Marseille, c’est chez moi, c’est ma culture, c’est mon soleil et mes racines. Et sinon tu viendras me voir au cimetière ma grande. En tout cas, tout mon argent je le laisse à la lutte contre le cancer de l’utérus, parce que c’est le plus gros.”

Alice : Est-ce que des gens s’arrêtent pour discuter ? Comment ils vous parlent ?

Jérôme : “Bien sûr qu’il y en a ! Heureusement d’ailleurs. Parfois quand on se met près d’un super marché, y en a qui sortent avec des vrais sacs de marchés.”

“A demain ma grande !”

 Alice D’Halluin

Lire aussi :

« Ma vie c’est du Zola »

Portraits de SDF par Lee Jeffries

Les paumés magnifiques

Publicités