#Urbex : Clinique du Bois Mort

La Clinique du Bois Mort

Image 1

Lundi 1er Juillet 2014

Destination : un Sanatorium abandonné en Région Centre, c’est à dire un ancien centre de traitement de la tuberculeuse, fermé depuis 1990.

 

Après avoir fait quelques châteaux de plus depuis celui du Chocolatier je m’attaque à mon premier “hôpital”. Cette fois-ci j’y emmène un groupe de 6, on a de longues heures de train. Il pleut. On ne peut utiliser notre Carte Navigo car nous ne sommes plus en Ile-de-France. On marche, on quitte la ville, petit à petit on s’enfonce dans la campagne et on continue à marcher, plusieurs km.

On traverse un petit village et enfin on y est : on l’aperçoit de loin sans en voir le bout. Il est très vaste, s’étend sur plus de 9 hectares, se compose de 3 grands bâtiments parallèles reliés entre eux par un couloir interminable et même topo que la dernière fois, il est grillagé.

Là encore, une pancarte “Propriété Privée, Accès Interdit – DANGER DE MORT” déconseille l’entrée. On sait que ça prendra du temps de tout visiter mais on a bien 3 heures devant nous alors on est parti : on progresse dans les gigantesques couloirs des anciennes chambres, salles de bains, cuisines etc.. Pas un bruit excepté celui de nos pas. Un peu flippant. On retrouve d’anciens dossiers médicaux et notes de frais, certaines datent de 1967 et viennent témoigner de l’ancienneté du lieu. Tout se ressemble mais c’est vraiment gigantesque ! On fait un petit tour sur les toits, la vue surplombe toute la propriété, une fois encore on se rend compte à quel point c’est immense.

Death Tunnel

Enfin, après avoir fait le tour des 3 bâtiments principaux, du théâtre, et des annexes situées dans la forêt, on s’attaque au sous-sol !

Là c’est assez éprouvant. Nous sommes plongés dans le noir, l’entrée se fait par une porte surplombée d’une inscription rouge sang “Death Tunnel”. Toujours ces mêmes longs couloirs, il fait froid et humide, on passe dans ce qui devait sans doute être la lingerie, puis la cuisine, on continue et des dessins de têtes de mort et de bonshommes pendus nous font sursauter lorsqu’il nous apparaissent à la lueur de notre lampe de poche. Très flippant.

Finalement tout se passe bien et nous ressortons tranquillement après avoir pris quelques dernières photos pour clôturer cette exploration qui s’est faite sans problème ou rencontre inattendue. Tout le monde est heureux. C’était mon 1er hôpital, ça ne sera pas le dernier ! Je me demande même si on a tout visité, après tout, ce qu’on a vu nous a déjà beaucoup plu, on était une bonne bande de potes et on s’est bien amusé !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Comment trouver des lieux à explorer ?

Même si ça peut paraître bête comme tout aux premiers abords, on ne trouve pas les adresses facilement. Vous vous dites qu’il suffit simplement de taper les bons mots clés sur votre moteur de recherche pour trouver des spots ? Ca ne marchera pas ! C’est ici que ça se complique, l’Urbex c’est 80% de recherche et 20% d’exploration.

Aucun urbexeur ne refile ses adresses comme ça, en les postant sur un forum, blogs ou autre réseaux sociaux, pour la simple et bonne raison qu’il ignore si la personne avec qui il les partage est simplement un passionné d’Urbex à la recherche de friches, ou s’il s’agit juste d’un crétin avec une bombe de peinture en quête d’endroits pour répandre ses merdes (oui, c’est du vécu) !

C’est donc très compliqué et vous ne parviendrez à trouver de bons spots qu’en surfant des heures sur le web, enchaînant forums sur forums, blogs à blog, cherchant désespérément une éventuelle gaffe qu’ait pu commettre un internaute OU en échangeant avec d’autres urbexeurs ses adresses contre les vôtres, c’est du vrai marchandage !

En plus de ne pas divulguer les adresses, nous taisons les véritables noms, des endroits que nous nous apprêtons à découvrir et des sites que nous avons déjà visités ! Nous utilisons de faux noms (vous avez dû vous douter que le “Château du Chocolatier” n’était pas sa véritable appelation), donc ne vous réjouissez pas trop vite si vous trouvez enfin le nom d’un château, d’un hôpital ou autre car il se peut très bien qu’il s’agisse d’une impasse. Oui c’est du sport !

 

L’Urbex est encadré de règles :

  • Règle n°1: Ne jamais divulguer l’emplacement ou le nom d’un lieu, pour les raisons que je viens de vous expliquer.
  • Règle n°2: Par question de sécurité, ne jamais explorer seul (ou en trop grand nombre).
  • Règle n°3: Ne rien voler, casser, tagger, n’apporter aucun objet pouvant dégrader de quelque façon le lieu et ne laisser aucune trace de sa venue. La devise de l’Urbex est d’ailleurs très claire là-dessus : “Bring only cameras, Leave only footprints*. Nous ne sommes pas des vandales, juste des explorateurs !
  • Règle n°4: Pouvoir se fixer ses propres limites, notamment en se rendant compte à l’avance si quelque chose est trop dangereux, risqué ou surveillé.

* » N’apportez que des caméras,  ne laissez que des empreintes  »

Domaine des Peintres

1

Vendredi 20 Juin 2014

Destination : Un Château Abandonné dans un très beau domaine

 

Ce jour-là c’était une visite assez inattendue, on était venu initialement juste pour voir le château et on s’est rendu compte plus tard que toute la propriété était désaffectée, un ancien centre de séminaire.

A première vu l’endroit semblait abandonné mais il était pourtant bien entretenu. Il nous a simplement fallu sonner pour que le portail s’ouvre de lui-même, nous nous sommes dit que c’était plus poli d’aller se présenter aux personnes qui nous avaient ouvert et prirent donc la direction de l’accueil, seulement après avoir emprunté l’allée principale parsemée d’habitations et bâtiments désaffectés qui menait au château, ouvert comme dans un moulin, nous avons vite remarqué que ce fameux « accueil » n’était pas plus aménagé que le reste des bâtiments de la propriété.

Comme prévu nous sommes entré dans le château, l’intérieur était assez moderne mais était visiblement en proie à des parties d’airsoft :  on a trouvé des douilles de balles dans toutes les pièces.

Ce qui était le plus étonnant c’était que le château était grand ouvert, aucune de ses vitres n’étaient cassées et aucun tags à déclarer sur sa façade et son intérieur, de plus la propriété était entretenue et nous ne savions toujours pas qui nous avait ouvert le portail.

La réponse nous était donnée 3 minutes plus tard, après qu’un 4X4 arriva en trombe pour se garer devant une des maisons de la propriété, visiblement la seule qui n’était pas abandonnée. La conductrice, très sympa nous autorisa à prendre quelques photos de la tour située à quelques mètres de sa maison : une tour constituée de voitures empilées les unes sur les autres puis coulées mutuellement dans du béton, devenant une énorme colonne de 10 mètres de haut; tout en nous rappelant qu’il s’agissait d’une propriété privée.

Avant de partir on remarqua un espèce de « bunker » à une extrémité de la propriété, un énorme cube de béton masqué par des feuillages : aux premiers coup d’œil ça n’avait pas l’air extraordinaire : on progressa dans les couloirs à la lumière de notre iPhone en remarquant ici-et-là une chaufferie, des toilettes puis on tomba directement sur une ancienne galerie d’art : au cœur du « bunker » : elle s’étendait sur trois étages, par terre : des revues et des dossiers de presse datant de 2006, sur les murs : des peintures dont certaines particulièrement glauques, un vrai bâtiment d’exposition dévasté.

Après être resté une bonne demi-heure dedans on décida, avant de partir, d’aller voir de plus près l’espèce de « village à l’intérieur de la propriété » : tout était ouvert, on alla faire un tour dans les cuisines d »un bar puis au bar lui-même, une librairie, une école et enfin un bureau sur deux étages.

Enfin, après être passé dans une autre salle pleine de douilles de 9mm on décida de s’en aller. Ayant oublié le code du portail que nous avait gentiment donné la dame, on quitta le « village » par un des côtés de l’école. Au final c’était ouf, d’autant plus qu’il faisait super beau !

Prochain #Urbex : le lundi 8 décembre 2014 😉

QP

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Lire également :

Le château du chocolatier

 A découvrir :

L’Urbex pour les nuls

Urbex : Premiers pas

Publicités