La Religion : un fleuve vital en mouvement

 

On peut assister de nos jours à de violentes tensions internationales et inter-familiales (les dimanches midi non travaillés, par exemple) au sujet des religions, ou de la religion, dues à un conflit d’idées et de traditions.

Mais qu’est ce que la religion ? Quelles sont ses caractéristiques, telles que sa raison et sa façon d’exister ?

Selon l’expérience et l’avis de nombreux individus, elle serait un ensemble de croyances et de rites d’une communauté.

Mais se limite-t-elle réellement à cela ?

 

Le Pourquoi du Comment


 

 

Nous supposons aujourd’hui que les premières religions sont apparues avec la justification de phénomènes inexplicables par la raison, tels que la foudre ou les séismes.

A l’image de l’individu humain qui passerait d’un état fictif  où il associerait les phénomènes à l’action directe et continue d’agents surnaturels (polythéisme), à l’état métaphysique ou les agents surnaturels sont remplacés par des forces abstraites (monothéisme), pour aboutir à l’état positif où l’individu cherche à comprendre par la raison les causes concrètes et vérifiables de ces phénomènes (Philosophie).

La religion a évolué depuis sa première apparition dans la conscience de l’être humain. (Théorie d’Auguste Comte)

 

 

De nos jours, la proportion d’individus athées ou agnostiques dans le monde croit rapidement, mais pour quelle(s) raison(s) ? Sommes nous arrivés à une ère de Science et de Raison?

En effet l’être humain a justifié de plus en plus les phénomènes par des lois immuables de mathématiques, de physique ou de biologie, entraînant par ce biais la décroissance des croyances en des êtres surnaturels à l’origine.

 

 

Cependant, d’une autre part la religion semble être pour de nombreux individus indissociable de la société et du pacte social.

Selon Bergson la religion se diviserait en deux parties distinctes :

La religion statique, ensemble de dogmes et de croyances tels que le salut de l’âme, la providence, qui permet à l’être humain de lutter contre le risque du désespoir, la peur de l’échec ou l’hésitation. Elle est le fruit d’une adaptation biologique et est liée à la survie de l’être humain, de la société et de sa morale.

La religion dynamique, qui est caractérisée par l’atteinte par un individu d’un monde d’idées spirituelles et de vie (l’élan vital)  et qui est source d’une morale plus pure, d’un amour parfait. En cela la religion dynamique est ouverture de l’esprit qui s’oppose à la religion statique qui est contrainte liée à la survie.

 

La religion serait donc à la fois un ensemble de dogmes et de croyances partagés par un peuple mais également une transition vers une pensée épurée basée sur la raison et la logique, ou vers un élan vital source de toutes consciences.

 

Publicités