Sons of Liberty, au temps de la Guerre d’Indépendance

 

God save Stephen David et David C. White pour cette série ! Ils ont eut une idée de génie en écrivant ce script !

Sons of Liberty est une mini-série historique de trois épisodes d’1h30 chacun diffusée fin janvier sur History Channel, chaîne uniquement accessible aux Etats-Unis. Elle commence à l’été 1765 à Boston au début de la Révolution américaine où un groupe clandestin, les “Sons of Liberty”, tentent d’émanciper les colonies de l’autorité britannique. La série se termine au début de la Guerre d’Indépendance en 1775.

Les réalisateurs ont choisi les paysages vierges de la Roumanie pour y tourner la série fin 2014.

 

Historiquement, qui sont ces “Sons of Liberty” ?

Drapeau des Sons of Liberty

 

C’est une organisation clandestine de patriotes colons américains qui combattent contre l’oppression de la Couronne d’Angleterre.

Ils ont commencé à protester au vote du “Stamp Act”, une loi qui obligeait tout document à être porteur d’un timbre fiscal afin de financer la mobilisation militaire présente dans les colonies.

Le quartier général des Sons of Liberty se trouve à Boston où ils sont rassemblés autour de leur leader, Sam Adams. Collecteur d’impôts, il refuse de continuer son travail pour les Britanniques alors qu’il n’y a aucun représentant des colonies au Parlement, « no taxation without representation » : il met alors en place des boycotts contre les produits britanniques et encourage l’économie américaine.

En 1770, lors du massacre de Boston, les Redcoats britanniques abattent cinq révolutionnaires. C’est le début de la violence pour les Sons of Liberty : désormais, ils volent des armes aux Britanniques et les retournent contre eux. Autre épisode brutal et marquant en 1773, lors de la “Boston Tea Party” où 240 000 kg de thé à bord des navires britanniques ont été jetés à la mer en signe de protestation contre la hausse des taxes.

Est-ce que la série suit bien les événements historiques ?

Et bien, oui ! La chronologie est bien respectée mais les évènements sont quand même filmés de manière plus attractive. Cependant, les avis divergent en ce qui concerne la présence de Sam Adams lors de la “Boston Tea Party” : certains historiens affirment qu’il était en train de faire un discours à Washington et pas sur les bateaux avec les autres révolutionnaires. La fin de la série est un peu raccourci contrairement à la vraie Histoire : la série se termine au début de la Guerre d’Indépendance en 1775 par la signature de la Déclaration d’Indépendance, historiquement signée en 1776.

 

Casting

De gauche à droite : Ryan Eggold – Michael Raymond-James – Ben Adams – Rafe Spall – Henry Thomas (qui joue John Adams, le cousin de Sam)

 

Deux Britanniques sont au casting : ironie, ils incarnent les Pères fondateurs des anciennes colonies de leur pays ! Sam Adams est incarné par Ben Barnes (oui, encore lui !), beaucoup plus jeune que le vrai Sam Adams à cet époque (il avait 43 ans au moment de la Révolution américaine), mais il arrive quand même à faire passer cette détermination et cette maturité qu’avait le leader de la Révolution. Et Rafe Spall (Prometheus) qui joue John Hancock, le bras droit d’Adams lors de la guerre. Il arrive à faire passer son personnage du petit héritier pourri gâté, en symbiose avec l’autorité dans les colonies au révolutionnaire hors-la-loi qui n’hésite pas à abattre des Redcoats pour défendre ses (nouvelles) idées.

Le Dr Joseph Warren est joué par Ryan Eggold (90210 Beverly Hills, Blacklist). Il est l’allié d’Adams depuis le départ et mène la bataille lors du siège de Boston contre les Britanniques. Malgré son apparent calme au début de la série, Eggold se révèle bon leader qui arrive à porter le poids de cette révolution épuisante en arrivant à (re)motiver ses troupes dans les pires moments.

Michael Raymond-James (Once upon a time) incarne Paul Revere, il a été un des leaders de la Révolution américaine. On le retrouve souvent aux côtés de Rayn Eggold puisqu’ils étaient chargés de mener le siège pendant que Sam Adams expose ses théories à Washington. Il a, pour ainsi dire, les mêmes facultés que son acolyte : une combativité et un courage à toutes épreuves malgré la responsabilité que représente ce siège.

Dans le rôle de Benjamin Franklin, on retrouve Dean Norris (Breaking Bad). Personnellement, je ne connaissais pas vraiment Benjamin Franklin mais l’image que Norris lui donne dans la série est à l’opposé de ce que je m’imaginais : c’est un Don Juan, beau parleur qui arrive à débattre avec l’autorité de la Couronne pour calmer la situation dans les colonies tout en aidant les révolutionnaires à faire la Déclaration d’Indépendance ! Ce gars joue littéralement deux jeux complètement incompatibles !

Si vous arrivez à trouver un moyen de la regarder sur le site de History Channel, je vous conseille vivement cette série. Elle est assez courte mais elle permet de connaître le début de l’Histoire des Etats-Unis qui est assez méconnue en France.

Tac

Publicités