La procrastination

La procrastination est le fait de toujours tout remettre au lendemain. Je suis comme qui dirait adepte de cette tendance qui m’a poussé à mettre un ou deux mois à écrire cet article. Ou bien plutôt cinq-six mois.

 

Afficher l'image d'origine

La règle numéro 1 du procrastinateur est de toujours se mentir à soi-même, se chercher des excuses pour se justifier de ne pas faire telle ou telle chose qui finalement ne sera jamais faite. Ou bien encore se dire que ce n’est pas de notre faute, qu’il y a des circonstances atténuantes pour n’avoir rien fait et avoir laissé notre paresse l’emporter.  

La règle numéro 2 est de toujours avoir en bouche la célèbre phrase : “Je le ferais demain” ou bien “je le ferais plus tard” ou encore “promis je te l’apporte bientôt !” Entre nous si vous avez un penchant pour la procrastination, vous savez très bien que ça signifie que ça ne sera jamais fait ou bien à la dernière minute.

En vient la règle numéro 3. Tout reporter comme d’habitude jusqu’à la limite de la limite la plus limitée. Finir par faire les choses seulement car elles sont devenues réellement obligatoires. Un simple exemple : éloigner le moment des révisions jusqu’à se retrouver la veille dans une panique inimaginable où le procrastinateur doit tout faire en une soirée et remet complètement sa vie en question. Il exagérera en pensant qu’il ne pourra jamais changer, que cette habitude fait partie intégrante de lui.

Alors il se fixera des objectifs. Règle numéro 4 : toujours faire des listes inutiles. A chaque remise en question, suit des listes interminables parfois presque ridicules sachant qu’elles ne seront pas tenues. Réviser le Bac dès décembre, écrire un article sur la procrastination (ah et bien pour cette fois j’ai accompli quelque chose de ma liste personnelle, le sujet devait être inspirant), répondre aux mails concernant des choses importantes…

Mais attention, il ne faut pas voir le procrastinateur comme ne faisant jamais rien, avachi sur son canapé. Une grande partie du temps il l’est peut-être, mais il aura tendance à privilégier d’autres activités non obligatoires, soumises par aucunes personnes extérieures. Comme par exemple la peinture, le dessin, les choses artistiques (malheureusement ce n’est clairement pas mon cas j’en suis un peu déçue), les sorties culturelles … Tout ce qu’il fera passer avant ses obligations. Le procrastinateur s’en veut et…

Bref… j’aurais bien aimé terminer cet article mais je le ferai demain.

 

R.V.

Publicités