février 01

CONCOURS D’ÉLOQUENCE 2017

Le concours d’éloquence est de retour à Notre Dame du Grandchamp !  Le fameux tournoi aux trois épreuves ouvre une nouvelle fois ses portes aux adeptes de la rhétorique et autres arts oratoires.

candidat-1-eloquencecandidate-3
Cette année, la première qualification aura lieu le mardi 21 février. Cette épreuve consiste en un texte présenté, écrit par le candidat ou par tout autre auteur, il a pour finalité de mettre en valeur ses capacités oratoires. Suivent des questions des plus … comment dire … absurdes ? « Combien y a-t-il de navet dans le jus d’orange ? » « Le Cid c’est brut ou c’est doux ? ». Ou bien des questions très terre-à-terre portant sur le texte, sans difficultés apparente, si ce n’est la langue choisie par le jury ! Face à elles c’est la capacité à garder son calme et à répondre quelque chose de cohérent avec la question qui prime. Donnant parfois des résultats illogiques (mais très drôles !).

Suit deux jours plus tard, le jeudi 23 février, la seconde phase de qualification : les débats. Votre adversaire et votre ordre de passage sont définis par tirage au sort. Tout comme votre sujet. Vous piochez un papier, priant pour que ce ne soit pas trop dur, vous lisez le sujet, pestez contre ceux qui l’ont écrit. Le juré qui vous a fait piocher lance une pièce, c’est « pile ou face » qui décide si vous êtes « pour » ou « contre » et de celui de vous deux qui commencera. Les sujets n’ont rien à envier aux questions précédentes « Frites ou Tofu ? » « Vivre sur Mars ou rester sur Terre ? » « L’union fait-elle la force ? » « Le meilleur pour la fin ? » « Faut-il sauver l’humain ou la planète ? ». Quelques minutes de préparation où vous êtes seul face à votre feuille et vous vous retrouvez sur l’estrade. Le jury vous a gentiment mis une bouteille d’eau à disposition. Face au public plusieurs stratégies : certains chantent, d’autres jouent une scène de théâtre, d’autres encore le font rire. Le public devient votre meilleur allié pour charmer le jury.

Les débats finis, il n’y a plus que trois options : vous êtes qualifié d’office, vous êtes éliminé, ou vous allez aux barrages. C’est une épreuve intermédiaire pour déterminer le dernier finaliste. Un enchaînement rapide de questions aux réponses courtes, vous devez choisir entre deux options tel « tic ou tac » « Ying ou Yang » « vrai ou faux ».

Enfin vient la finale, le jeudi 2 mars. Le jury composé de professeurs émérites, de membres de la vie lycéenne, ou encore de quelques élèves, prend place sur les chaises posées sur la scène. A leur côté sont disposés un pupitre et quatre sièges, un pour chaque candidat. Ils connaissent leur sujet depuis la veille, ont préparé leur texte et leur interprétation. Ils s’expriment, sont applaudis. Viennent alors les délibérations et le verdict. Tous les candidats sont félicités pour leurs aptitudes particulières qu’ils ont su mettre en avant. Et le vainqueur est annoncé, ovationné. Il effectue alors le dernier discours du concours, une réelle improvisation, s’il ne s’attendait pas à sa victoire, légèrement préparé, s’il l’espérait ardemment.

Le concours est fini, les finalistes sont applaudis par tous les candidats, avec qui ils ont ri, ont partagé l’anxiété et ont attendu les résultats. Les anecdotes fusent, on se souvient de ceux qui se sont trompés de salle et arrivent en courant pour leur audition, des questions qu’on a eu, des fous rires survenus lors des débats.

Le concours d’éloquence est une tradition de notre lycée, tout comme le carnaval et la soirée des talents. C’est une collaboration entre le corps encadrant et les élèves qui vit tant que tous y participent. Alors en serez-vous ? Ferez-vous aussi bien que les vainqueurs des éditions précédentes : Antoine de SAINT JULIEN en 2014, Brieuc FALISSE en 2015 et Dramane DJIKINE en 2016?

candidat-4

Alors à vos voix ! Et bonne chance !

Sophie Laurelut, Meilleur espoir du concours d’éloquence 2016

Publicités