mars 17

Les figures de l’ombre

Une seule morale est à tirer de ce film : le travail et la persévérance finissent par payer.

Les figures de l’ombre est le nouveau film sensation réalisé par Theodore Melfi et inspiré d’une histoire vraie. C’est l’histoire de trois femmes hors de l’ordinaire : Katherine Johnson, Dorothy Vaughan et Mary Jackson, d’origine afro-américaine mais travaillant pour la NASA. Leurs couleur de peau est à la fois une source de discrimination et une source de succès.

Les Etats Unis dans les années 1960 est un pays de racisme et de ségrégation. Les blancs et les noirs ne se fréquentent pas et se haïssent mutuellement. Il est donc inconcevable pour des femmes noires d’avoir un post à la NASA autre que secrétaire ou femme de ménage. L’héroïne, Katherine Johnson, jouée brillamment par Taraji Henson, est un prodige des mathématiques et de la physique, en particulier de la géométrie analytique. Elle, ainsi que ses deux amis, Dorothy Vaughan (Octavia Spencer) et Mary Jackson (Janelle Monae) font partie d’une équipe d’une vingtaine de jeunes femmes travaillant comme calculatrices humaines au service des programmes aéronautiques et spatiaux de la NASA. En plus d’être des femmes, elles sont noires, l’ascension hiérarchique leur est donc quasi-impossible.

Katherine est tout de même promue à un poste contribuant directement à la création de la nouvelle fusée : Frienship 7. En pleine guerre froide, l’URSS et les USA s’affrontent intellectuellement. Les soviétiques ont déjà envoyé une fusée en orbite, les américains veulent donc les dépasser en envoyant un homme dans l’espace.

L’équipe chargée de la mise au point et de la programmation de cette fusée est uniquement masculine, Katherine doit donc affronter des collègues machistes qui la regardent de haut à longueur de journée. En plus des conditions de travail rudes, Katherine est veuve et doit s’occuper de ses trois filles et de sa naissante vie romantique. Katherine se démarque par son incroyable talent pour les calculs, elle résout des équations complexes quand personne n’avait réussi à y parvenir avant elle. Malgré cela, elle est tout de même exclue des réunions et traitée comme une moins que rien. On observe tout de même un personnage masculin (le seul) qui change d’avis au cours du film : son supérieur, qui lui, veut seulement envoyer un homme dans l’espace et peu importe la couleur de peau de celui qui résoudra le problème, pourvu qu’il y parvienne.

Les figures de l’ombre est une vraie ouverture sur la condition des femmes noires dans les années 60. Leurs chemin est parsemé d’embûches et elles ne peuvent se fier qu’à leur travail. Toutes ses femmes sont d’ailleurs très fières de leur condition, elles ont travaillé pour mériter leur position. « It’s not because we wear skirts, it’s because we wear glasses » (ce n’est pas parce qu’on porte des jupes, c’est parce qu’on porte des lunettes), c’est ce que dit Katherine pour justifier son métier de calculatrice à la NASA quand un homme la sous-estime.

Les figures de l’ombre n’a que des points positifs, toutefois, je trouve l’histoire un peu « éparpillée ». Le réalisateur a voulu traiter tous les aspects du sujets, aussi bien celui du travail, de la ségrégation, de la vie sentimentale, de la guerre froide que celui de l’aéronautique ce qui est un peu « trop ». On perd un peu de vue les vrais objectifs du film et certaines scènes semblent donc inutiles.

Bien que ce film soit très bon en matière de réalisation, script et jeux d’acteurs, ces aspects ne sont, pour moi, pas les plus importants. Ce qui ressort le plus, une fois le film terminé, ce sont les morales :

  • La motivation et le travail acharné payeront toujours.
  • Quand la situation paraît impossible et vouée à l’échec, il faut persévérer et ne pas abandonner.

Les figures de l’ombre est un film adapté aux enfants et convient donc pour les sorties en famille. Les enfants tireront quelque chose de positif du film car celui-ci est une vraie source d’inspiration.

OUI, les filles peuvent faire des mathématiques.

OUI, la discrimination c’est mal.

OUI, le racisme c’est mal.

OUI, il faut persévérer et travailler dur pour réaliser ses rêves.

«  La force n’a pas de sexe »

Les figures de l’ombre est un film que je recommande vivement ! Il dure deux heures et passe en ce moment en VOSTF au Roxane.

Allez vite le voir !

Lien de la bande annonce : https://www.youtube.com/watch?v=YhOI3idTasA

Le réalisateur s’est inspiré du livre Hidden Figures de Margot Lee Shetterly pour concevoir le film éponyme, la lecture du livre peut donc apporter éventuellement plus d’information sur le sujet. Donc si cela vous intéresse, voilà où vous pouvez l’acheter :

En anglais : https://www.amazon.com/Hidden-Figures-American-Untold-Mathematicians/dp/006236359X

En français : https://www.amazon.fr/figures-lombre-inspir%C3%A9-nominations-Oscars/dp/B01M2UV4VE/ref=sr_1_1?s=books&ie=UTF8&qid=1489314647&sr=1-1&keywords=les+figures+de+l%27ombre

 

Tamara KLARIC

Publicités